Historique de la Fête de la Jeunesse

La Fête de la jeunesse tire son origine du « Youth Day », célébré au Cameroun Occidental. Elle est née d’une volonté de rapprocher les jeunes des deux parties du Cameroun au terme du référendum du 11 février 1961. Aussi, les autorités fédérales ont décidé de consacrer une journée nationale à la jeunesse pour magnifier le rôle important de celle-ci, et de lui offrir ainsi un cadre d’expression et d’épanouissement. Il était donc question d’institutionnaliser une journée nationale pour valoriser le rôle de la jeunesse et l’encourager dans l’édification du jeune Etat indépendant.

C’est ainsi que dès la première édition en 1967, un thème directeur arrêté par la très haute hiérarchie, sous-tend toutes les activités organisées pendant la semaine qui précède la journée du 11 février.

La Fête de la Jeunesse en tant que résultante de la réunification des deux Cameroun, est ainsi porteuse d’un symbole fort, celui de l’unité Nationale. Elle est la manifestation de l’intérêt que les pouvoirs publics accordent à la jeunesse, « fer de lance et espoir de la nation » qui grâce à son dynamisme et son importance numérique, doit conduire inéluctablement le Cameroun vers son émergence.

Selon les dispositions de l’article 24 du Décret n°2011/408 du 09 décembre 2011 portant organisation du Gouvernement, le Ministère de la Jeunesse et de l’Éducation Civique (MINJEC) est responsable de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement dans le domaine de la jeunesse, de l’éducation civique et de la promotion de l’intégration nationale.

THEME DIRECTEUR DE LA 55EME EDITION DE LA FETE DE LA JEUNESSE

JEUNESSE, RESILIENCE, DEFIS ET OPPORTUNITES EN TEMPS DE COVID-19